Réseaux marchands et sécurisation alimentaire

Samuel Pinaud participe, depuis décembre 2015, aux activités du projet SAOATI. Docteur en sociologie, il travaille sur les marchés agricoles dans une perspective de sociologie économique. Après avoir effectué sa thèse sur les circuits d’approvisionnement des produits alimentaires importés (poudre de lait) au Mali, il vient d’effectuer une mission de deux mois dans la province de la Gnagna où il a étudié le rôle ambivalent des commerçants et les stratégies en matière d’approvisionnement alimentaire en céréales locales en enquêtant des marchés locaux, régionaux et nationaux.

Les commerçants : des acteurs incontournables de la (in)sécurité alimentaire dans la Gnagna 

Les commerçants sont des acteurs essentiels dans le domaine de la sécurité alimentaire : ils approvisionnent les dispositifs de gestion publique de la sécurité alimentaire (stocks) ou certaines ONG, ils assurent une très grande part de la commercialisation.

Au total, 80 entretiens ont été effectués lors de cette mission : 11 l’ont été avec des acteurs institutionnels de la sécurité alimentaire à Ouagadougou et à Bogandé ; 60 d’entre eux ont été réalisés avec des commerçants situés dans 3 importants pôles commerciaux : une zone de collecte proche de Bogandé, capitale provinciale de la Gnagna (40) ; un « marché de regroupement », connecté aux pays riverains, Pouytenga (11), et le plus important marché de céréales du pays, celui de Sankariaré à Ouagadougou (9). Les échanges se sont focalisés sur les principales céréales vivrières (mil, sorgho, maïs) et deux cultures de rente (arachide et sésame).

Une première analyse montre une organisation commerciale largement tournée vers l’approvisionnement des populations urbaines. Les producteurs ruraux s’approvisionnent également sur les marchés lorsque les besoins se font sentir, principalement en période de soudure alimentaire (qui peut sensiblement fluctuer d’une année sur l’autre et selon les situations individuelles).

Pour les commerçants, les céréales sont des marchandises dont le commerce constitue une source de profit. Ce simple constat permet de comprendre pourquoi, de leur point de vue, les périodes de soudure, de sécheresse et de disette sont des moments particulièrement profitables. Ces périodes de forte demande leur permettent, en effet, d’augmenter leur marge par unité vendue en raison de la nécessité de s’approvisionner au quotidien et à « n’importe quel prix ». Pour ce faire, les commerçants jouent parfaitement sur les écarts de prix spatialisés. Ils sont en mesure de construire de véritables stratégies commerciales, bien plus que les producteurs de cette région, peu organisés, à la production trop dispersée, insuffisamment diversifiée, pour compenser la saisonnalité des disponibilités, comme on peut l’observer dans d’autres régions du pays (banque de céréales, warrantage…).

Trois stratégies commerciales sont ainsi mises en œuvre par les commerçants : la vente au détail avec de faibles marges, la collecte et la revente en gros avec des marges fixes et peu élevées mais portant sur des volumes plus importants et, enfin, une stratégie de spéculation jouant sur la différence inter-saisonnière des prix, entre la période de récolte et la période de soudure. Selon la place de chacune de ces stratégies, l’activité commerciale est plus ou moins couplée à l’objectif de sécurité alimentaire exprimé par chacun des acteurs (familles, Etat, ONG,…).

Ces premiers résultats permettent de souligner le rôle ambivalent des commerçants dans ce domaine. Ces derniers sont, en effet, les seuls à pouvoir répondre aux appels d’offre institutionnel (État burkinabè, agences d’aide) en raison des volumes importants nécessaires et de savoir-faire spécifiques illustrant ainsi leurs différents rôles sociaux et politiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Objets, acteurs et trajectoires d'innovation