Rapports de genre et sécurisation alimentaire

Imane El-Rhomri participe, depuis décembre 2015, aux activités du projet SAOATI dans le cadre d’une recherche doctorale en sciences sociales, codirigée par Mónica Domínguez-Serrano (Université Pablo de Olavide de Séville – UPO) et par Pierre Janin (UMR Développement et Sociétés, IRD-Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne) pour laquelle elle bénéficie de l’appui du Groupe Nutriset et de la Coopération andalouse (AACID).

La province sahélo-soudanienne de la Gnagna (Est du Burkina Faso) a été retenue comme zone d’étude, afin de capitaliser sur l’expérience et les résultats du programme de recherche  « Vulnérabilité alimentaire et sécurité nutritionnelle » (2001-2004) associant des chercheurs de l’IRD et de l’Université de Ouagadougou.

Sa recherche s’intéresse à la place et à l’impact des rapports de genre, en interaction avec d’autres catégories de stratification sociale (origine ethnique, âge, place dans le lignage, rang d’épouse, statut matrimonial, etc.) dans la construction sociale de la sécurité alimentaire à l’échelle familiale en milieu rural burkinabè, caractérisé par des incertitudes et des contraintes fortes mais non dénué d’opportunités.

Imane aborde cette question selon une perspective féministe décoloniale et « située » des savoirs. Pour rendre compte des capacités individuelles et collectives de sécurisation alimentaire, elle a fait le choix d’une approche mixte (quantitative et qualitative). Celle-ci prendra en compte un ensemble de marqueurs (handicaps, tensions, arrangements, opportunités,…) qui débordent largement chaque situation conjoncturelle et permettent de mieux appréhender les trajectoires propres. La diversité des liens (de coopération, d’obligation, de dépendance…) qui enserrent chaque individu seront également fortement questionnés, du point de vue de la sécurisation, même si leur influence est parfois difficile à mesurer.

A partir du schéma de « cycle temporel de la sécurisation alimentaire », proposé par P. Janin, et de l’approche des « capabilités », elle entend ainsi mettre en exergue l’influence des déséquilibres et des différences en termes de capacités, selon l’âge, le sexe et le statut, sur ce processus dynamique incertain de sécurisation. Ce faisant, elle accorde donc une place centrale aux processus de prise de décision et aux rapports sociaux de pouvoir qui les entourent selon une perspective féministe critique et interactionniste.

Source : El-Rhomri, I. ; Domínguez-Serrano, M. et Janin, P. (2016). Genre, capacités et sécurisation alimentaire dans l’arène des ménages ruraux subsahariens. Table ronde « Sécurisation alimentaire : dynamiques et pratiques » ISSP-Université Ouagadougou, 9-10 mars 2016.

Deux hypothèses centrales sont au cœur de sa démarche de recherche finalisée qui vise à éclairer les interventions et les politiques de développement :

  1. Les capacités de sécurisation alimentaire des femmes sont à la fois distinctes et plus restreintes en raison des normes, des rôles et des identités de genre, souvent intériorisés et assumés ;
  2. Les capacités individuelles et collectives de sécurisation alimentaires sont interdépendantes et impliquent des arbitrages permanents entre intérêt individuel et intérêt collectif ;

Une première mission de recherche a eu lieu à la fin du mois de février dans trois villages (Badori, dans le département de Bogandé, Kodjena et Sorgou dans le département de Piéla) de la Gnagna. Cette phase préparatoire a permis de tester plusieurs variables d’analyse et la méthodologie d’enquête.

Imane a également participé à la Table ronde internationale « Sécurisation alimentaire : dynamiques et pratiques », organisée les 9 et 10 mars 2016 à l’ISSP-Université Ouagadougou. Elle poursuivra sa recherche au Burkina Faso en septembre 2016, en insistant sur les « impensés » – qui vont des aspects considérés comme périphériques au processus de sécurisation jusqu’à ceux, plus fondamentaux- qui touchent aux rapports de pouvoir et à l’ordre social et économique établi.

Objets, acteurs et trajectoires d'innovation