Organisations Paysannes et sécurisation alimentaire au Burkina Faso

Alexis Roy, docteur en anthropologie sociale, a intégré l’équipe du projet « Sécurisation alimentaire : objets, acteurs et trajectoires d’innovation » en tant que post-doctorant. Il a effectué en 2015 quatre mois de recherche de terrain à Ouagadougou et dans la région de la Boucle du Mouhoun, située à l’Ouest du pays.

 

Organisations Paysannes et sécurité alimentaire : une relation ancienne

La diversité des organisations paysannes (OP), dans leur forme (groupement local, coopérative, association, faîtière), leur objet (vocation plutôt économique, représentative ou de défense des intérêts) et le large spectre de leurs actions les situent à la croisée d’enjeux économiques, politiques et sociaux. Elles façonnent le monde rural et ses évolutions, constituant un objet particulièrement riche à étudier pour analyser les ressorts des politiques de sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest.

Les organisations paysannes ont historiquement une place centrale dans ces politiques. C’est le résultat des actions priorisées dans le domaine : accroître la production pour assurer la disponibilité de denrées agricoles et mieux gérer les stocks. De fait, une large partie des politiques de sécurité alimentaire sont essentiellement des politiques de développement rural, et en particulier de développement agricole. Cela explique les attentes et les attentions très fortes dont font l’objet les OP et leur rôle dans le succès ou les échecs des projets mis en œuvre.

OP et sécurisation alimentaire dans la Boucle du Mouhoun

Dans la région de la Boucle du Mouhoun, considérée comme l’un des « greniers » du pays, les potentialités agricoles sont importantes, mais les taux de pauvreté et d’insécurité alimentaire sont également très élevés (le taux de pauvreté monétaire dans la région est de 49%, 44% de la population est en situation de « sécurité alimentaire limite », 14% en « insécurité alimentaire modérée » et 1% en « insécurité alimentaire sévère, PAM 2014). A ce titre, il s’y déploie un nombre important de projet de sécurité alimentaire impliquant les OP, en qualité de partenaire ou de maître d’œuvre.

Sur le terrain, le niveau de fonctionnalité, de ressources, d’expériences et de dynamisme varie beaucoup selon les OP rencontrées. Il semble particulièrement tributaire des partenariats tissés et des orientations choisies. Entre démarche entrepreneuriale et modèle coopératif, beaucoup d’OP semblent tiraillées par des injonctions contradictoires, mais force est de constater la souplesse et la capacité d’adaptation dont elles font preuve, notamment vis-à-vis de leurs partenaires, au risque toutefois de paraître opportunistes.

Le rôle des responsables d’OP, en tant qu’acteurs intermédiaires, est déterminant pour drainer des projets et pour leur bonne marche. Certains font figure de véritable « big men » (Médard, 1992), « entrepreneurs de la ruralité » multipliant les fonctions. Les projets constituent un moyen d’accéder à des ressources matérielles (crédits, intrants, équipements agricoles, cheptel, etc.), permettant d’accroitre l’exploitation des ressources naturelles (terre, pâturages, forêt, eau). Cela peut renforcer les inégalités et être source de tensions pour l’accès, le partage et le contrôle de ces différentes ressources, à la fois au sein des OP et dans leur environnement immédiat.

Ces enjeux étaient largement minorés lors des entretiens réalisés avec les responsables d’OP et les membres des ONG avec lesquelles ils travaillent. En tant que représentant des exploitations agricoles et principales organisations économiques de la région, les OP se considèrent, de facto, comme légitimes pour lutter contre l’insécurité alimentaire. Pourtant, la relation vertueuse entre intérêt particulier, intérêt de l’OP et intérêt général reste à préciser et à vérifier. En intervenant dans la production, la transformation/valorisation et la commercialisation des denrées agricoles, elles ont bien évidemment un rôle central à jouer dans les politiques de sécurité alimentaire, mais elles doivent encore consolider leur mode de fonctionnement et clarifier les orientations qu’elles souhaitent leur donner.

Sources :

Médard, Jean-François, 1992, Le « big man » en Afrique : esquisse d’analyse du politicien entrepreneur, L’Année sociologique, Troisième série, Vol. 42 (1992), pp. 167-192

Programme Alimentaire Mondial/ Fews Net, 2014. “Analyse globale de la vulnérabilité, de la sécurité alimentaire et de la nutrition. Burkina Faso, 108 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Objets, acteurs et trajectoires d'innovation