La construction, la diffusion et la légitimation des indicateurs de sécurité alimentaire: du technique au politique

Fidèle Salou, économiste statisticien burkinabè, est chargé d’un volet de recherche portant sur la construction, la validation et la diffusion des indicateurs de sécurité alimentaire.

L’analyse partira de l’historique récente des politiques de sécurité alimentaire en termes de dispositifs et de contenu multi-sectoriel.

Elle se poursuivra par un travail plus fin sur les indicateurs chiffrés : comment-ils sont-ils élaborés (seuils, classes, agrégats) ? Par qui ? Pour quels objectifs et pour quels usages ? Ont-ils évolué ?

Enfin, une place sera accordée à la manière dont ces données sont mobilisées, diffusées et réappropriées par les différents acteurs dans le champ.

Une réflexion au sujet de « La construction, la diffusion et la légitimation des indicateurs de sécurité alimentaire: du technique au politique »

  1. La construction et la diffusion des indicateurs de la SAN n’est évidemment pas neutre, ni objective ni apolitique.
    En tant que processus de production d’informations et de connaissances, elle est régie par une logique masculine et hétéro-patriarcale qui laisse de côté non seulement le genre, mais aussi, la race, la classe, les traits culturels et l’expérience spécifique de celles et ceux qui endurent dans leur chair la faim ou la malnutrition (Harding, 1992; Haraway, 1995; Curiel, 2014). En outre, par son inscription dans les politiques de développementalistes qui introduisent une dépendance idéologique et économique dans ce qu’on appelle « le Tiers Monde» (Espinosa, 2013: 8), elle entraine également un colonialisme contemporain (Curiel, 2014), caractérisé par un rapport de force clair entre ceux qui émettent les diagnostics, dictent les prescriptions et ceux qui s’y soumettent.
    En partant de ces considérations, l’analyse des outils et approches disponibles pour mesurer la SAN à partir d’une posture féministe critique, décoloniale et anti-hégémonique, est absolument nécessaire. Il s’agit d’un exercice qui, à notre avis, représente un pas vers des méthodes éthiquement et politiquement plus responsables et orientées vers la transformation sociale, dans ce cas, vers la désarticulation des mécanismes de domination qui produisent et perpétuent les inégalités de genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Objets, acteurs et trajectoires d'innovation