« Sécurisation » et « innovation »: quel lien ?

Le champ de la sécurité alimentaire et nutritionnelle est marqué par de multiples expérimentations en matière de diffusion et d’apprentissage. Certaines peuvent être considérées comme des innovations tandis que d’autres se situent plus dans la continuité des actions entreprises.

D’une manière générale, ces processus sont rarement linéaires et prévisibles. Leur greffe dépend, pour une part importante, des rapports (de force, de négociation ou de collaboration) qui lient les protagonistes sur une histoire de longue durée.

En matière de recherche immédiate, le projet a fait le choix d’étudier « les systèmes sociaux d’innovation », c’est-à-dire comment interagissent, de manière dialectique, systèmes sociaux, et structures de pouvoir face à certaines innovations techniques ou organisationnelles. Continuer la lecture de « Sécurisation » et « innovation »: quel lien ?

Comment favoriser la « sécurisation » ?

La sécurisation a pour finalité le renforcement tendanciel des capacités d’anticipation, d’adaptation, de réaction des acteurs ainsi que l’amélioration de leurs « moyens d’existence ».

Pour y parvenir, elle peut s’efforcer de mobiliser des ressources supplémentaires comme de lever certains verrous inhibant les initiatives.


Elle favorise la mise en place de systèmes d’actions territorialisés portés par les acteurs locaux, valorisant les connaissances, les savoir-faire, les compétences et les expériences. Continuer la lecture de Comment favoriser la « sécurisation » ?

Qu’est-ce que la «sécurisation» ?

La notion de sécurisation est récente dans le champ de la recherche pour le développement. Pendant longtemps, chercheurs et décideurs ont mis l’accent sur « vulnérabilité à l’insécurité » (années 1990) avant de céder au prisme de la « résilience » (depuis 2005).

En revanche, le principe de « sécurisation », considéré comme une finalité, organise de plus en plus les analyses géopolitiques et sécuritaires dans des contextes d’instabilité forte.

Alors que la sécurité alimentaire accorde une grande place aux stratégies de gestion du risque et de la vulnérabilité, la sécurisation s’intéresse ici aux « processus non intentionnels » concourant à améliorer les conditions (et les étapes) des situations alimentaires.
Elle s’efforce de prendre en compte les « interactions aléatoires » entre phénomènes et acteurs – qu’elles soient négatives ou pas – sur un temps plus long. Continuer la lecture de Qu’est-ce que la «sécurisation» ?