Appels à communication

Appel à contribution

Colloque international « SAOATI 2017 »

Sécurisation alimentaire :

entre savoirs et actions

16 octobre 2017

Le projet de recherche Sécurisation alimentaire : objets, acteurs et trajectoires d’innovation (SAOATI), associant l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne et le Groupe Nutriset, s’intéresse aux évolutions des approches et des pratiques dans le champ de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Dans cette même dynamique, la question des savoirs, de leurs évolutions et de leurs usages instrumentaux pour la gouvernance de la sécurité alimentaire constitue le thème central de réflexion de ce colloque.

L’objectif est de mettre en relief les complémentarités et les divergences entre, d’une part, les objectifs d’ordre plutôt technocratique, faisant de la sécurité alimentaire un objectif normé, et d’autre part, les approches actionnalistes considérant la sécurisation alimentaire comme un processus (Dury et Janin, 2012 ; Héron et Janin, 2015).

Un champ d’analyse et d’intervention plus technique que politique

Plusieurs constats peuvent être faits concernant le champ – d’analyse et d’intervention – de la sécurité alimentaire et nutritionnelle :

Les acteurs impliqués ont systématiquement cherché, depuis les crises alimentaires des années 1970, à améliorer les performances techniques des systèmes de diagnostic et de surveillance. Ceci a entraîné une technicisation croissante – et parfois coûteuse – de la lutte contre la faim, qui n’a pas nécessairement fait l’objet d’évaluations objectives abouties.

En termes de diagnostic, de surveillance et de réponse, les systèmes experts en place ont très souvent privilégié la dimension micro (l’individu d’un point vue nutritionnel, le ménage en termes de sécurité alimentaire) – plus rapide à conduire et moins sensible politiquement – que les approches communautaires ou territorialisées, même si certaines approches participatives se développent depuis les années 1990.

Les espaces de discussion, de concertation et de négociation autour de la question de la faim se sont beaucoup développés, appuyés par les technologies de communication et par un désir de participation citoyenne. Toutefois les débats sur les différentes options politiques de lutte y sont souvent relégués au second plan, la priorité étant plutôt mise sur les arbitrages techniques. Ces arènes restent souvent marquées par des enjeux forts de représentativité et de légitimité (Patel and al., 2015).

Les dimensions sociétales et politiques des crises alimentaires et nutritionnelles sont trop souvent occultées, alors qu’elles sont la démonstration même des inégalités croissantes, depuis l’échelle internationale jusqu’aux échelles locales. La gouvernance des crises est fortement extériorisée par rapport aux sociétés locales, du moins jusqu’à la médiatisation et aux effets sociaux de la crise alimentaire de 2007-2008.

Si l’analyse et l’action dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle couvrent un très large spectre, certains prismes se démarquent particulièrement : favorisant la modélisation (ex : modèle causal de la malnutrition), cherchant à promouvoir les discours régénérateurs (ex : résilience pour la sécurité alimentaire), s’appuyant sur des métrologies classificatoires (ex : échelles et scores alimentaires) ou insistant sur les relations étroites vertueuses (ex : l’innovation pour la sécurité alimentaire) (Touzard et Temple, 2012).

Les recherches en sciences sociales insistent généralement sur la variabilité des situations d’insécurité alimentaire et nutritionnelle, dans le temps et dans l’espace, dans leurs causes, dans leurs manifestations comme dans leurs conséquences.

La multiplicité de ces différentes perspectives montre combien la sécurité alimentaire est un phénomène complexe,  un processus dynamique et construit : elle met aux prises des groupes d’acteurs hétérogènes aux logiques, aux objectifs et aux intérêts variés, qui vont de la complé-mentarité à l’antagonisme (Von Braun, 2013). Elle est également le produit de décisions économiques, d’arbitrages sociaux et de dilemmes politiques paradoxaux (Nussio and Pernet, 2013), hérités et actuels, depuis l’individu jusqu’à l’international. Enfin, elle est en partie le résultat des dysfonctionnements des systèmes de mobilisation et de répartition des productions et des surplus (étatique, communautaire ou international).

Demain la « sécurisation » alimentaire ?

Les approches de sécurité alimentaire ambitionnent, en priorité, de contrôler les risques ou de réduire la vulnérabilité et de pallier les manques (Truman and Taylor, 1990).

La « sécurisation » alimentaire supposerait, pour sa part, plutôt « la création des conditions de pérennisation d’une situation donnée ou à atteindre » et porte une « attention aux processus structurants et au fonctionnement global du système alimentaire » (Janin, 2016). Ce qui peut se révéler porteur dans des contextes d’incertitudes et d’instabilités renforcées.

Par conséquent, la sécurisation s’intéresse davantage à ce qui permet de « faire face » pour construire une action positive et durable (Hubert, 2006). La notion de sécurisation englobe également les « pratiques spontanées » (hors champ de l’aide) des populations, ainsi que l’analyse de l’articulation entre les projets locaux et les pratiques alimentaires, ce qui nécessite de les étudier.

Les situations changeantes d’insécurité doivent ainsi faire l’objet d’analyses contextuelles (localement) et enracinées (sociologiquement et politiquement) afin de proposer des cadres de réponse plus adaptés, plus réactifs et plus efficients.

Des savoirs essentiels pour l’action

Les relations croisées entre la production des connaissances, le développement d’outils et d’instruments techniques, les orientations des politiques publiques et leurs traductions opérationnelles sont déterminantes pour la compréhension du champ de la sécurisation alimentaire, de ses enjeux et de leurs évolutions.

Elles constituent le thème central de ce colloque, que l’on pourrait traduire par cette question : Quels savoirs pour quelles actions ?

Ce thème pourra être déployé autour de deux fils directeurs : d’abord celui des relations ambivalentes existantes entre acteurs impliqués ou mobilisés dans ce champ ; ensuite, celui des continuums imparfaits entre savoirs, instruments et outils pour la gouvernance alimentaire et nutritionnelle (Agarwal, 2014). Par exemple, les savoirs locaux, souvent valorisés dans les discours, semblent peu mobilisés par les systèmes d’aide.

A cet effet, les contributeurs pourront interroger comment la sécurisation alimentaire peut être mise en œuvre (comme projet) et analysée (comme recherche) à l’échelle des acteurs individuels, des projets de développement en lien avec les sociétés locales, ou encore à l’échelle des institutions politiques (McCullum and al., 2004).

Leur réflexion pourra notamment s’appuyer sur les trois questions suivantes :

  • Sécuriser les fonctions, les systèmes ou les acteurs ?

La sécurisation peut être pensée, de manière très différente, en termes de modalités, d’échelles, de temporalités. Elle peut se décliner autour de fonctions (approvisionner, mobiliser, redistribuer,…), de la capacité d’action pérenne des acteurs impliqués ou de la recherche d’équilibre de systèmes alimentaires en instabilité permanente (Hubert et Casabianca, 2003).

  • Satisfaire les individus, les experts ou les gouvernants ?

La sécurisation peut-elle s’apprécier à l’aune des normes établies, validées et diffusées par les experts et les gouvernants ou de celles, plus implicites, exprimées par les populations et par les acteurs locaux mobilisés ? Comment articuler savoirs et pratiques experts et locaux ?

  • Piloter les sociétés ou les dispositifs ?

Si la sécurisation modifie les priorités pour l’action, quelle est sa portée instrumentale selon le type de gouvernance retenue, voulue, acceptée ou imposée ? Ne peut-elle pas devenir une forme de politisation d’une question technique au même titre que la souveraineté ?

Informations complémentaires :

Les propositions de communication (500 mots), en français ou en anglais, doivent être envoyées au plus tard le 20 mars 2017 à l’adresse suivante : securialim@univ-paris1.fr.

Après l’examen des propositions par le comité scientifique, un retour sera fait aux contributeurs à la fin du mois d’avril 2017.

Les versions finales des communications, en français ou en anglais, ainsi que les supports visuels Powerpoint pour le colloque sont attendues pour le 5 septembre 2017.

Le colloque international aura lieu le 16 octobre 2017, date anniversaire de la création de la FAO instaurée comme « Journée mondiale de l’alimentation » en 1979. Il se déroulera sur le site de l’UMR Développement et Sociétés, à Nogent-sur-Marne.

Comité scientifique :

Hubert Cochet (géographe et agro-économiste, AgropParisTech)

Isabelle Droy (économiste, IRD, UMR Résiliences)

François Enten (anthropologue, GRET)

Eric Joël Fofiri Nzossié (géographe, Université de Ngaoundéré, Cameroun)

Eric de Garine (ethnologue, LESC, Université Paris Ouest Nanterre la Défense)

Raphaëlle Héron (socio-anhtropologue, UMR Développement et Sociétés, Groupe Nutriset)

Bernard Hubert (écologue, EHESS, Centre Nobert Elias, INRA)

Pierre Janin (géographe, IRD, UMR Développement et Sociétés)

Benoît Lallau (économiste, Université de Lille, UMR Clersé)

François de Charles Ouedraogo (géographe, LERMIT, Université de Ouagadougou, Burkina Faso)

Jean-Pierre Olivier de Sardan (socio-anthropologue, EHESS, Centre Nobert Elias, Lasdel, Niger)

Charles Edouard de Suremain (anthropologue, IRD, UMR PALOC)

Thomas Ribémont (politiste, Université Sorbonne Paris Cité, CERAL, Président d’ACF)

Philippe Roudier (expert sécurité alimentaire à l’AFD)

Alexis Roy (anthropologue, UMR Développement et Sociétés)

Ludovic Temple (économiste, CIRAD, UMR Innovations)

Delphine Thivet (sociologue, ENS, Centre Maurice Halbwachs)

Comité d’organisation :

Carlos Cortes-Zea, chargé de la valorisation de la recherche, IEDES, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne : carlos.cortes-zea@univ-paris1.fr

Raphaëlle Héron, chercheuse associée à l’UMR Développement et sociétés / Relai sciences sociales pour le Groupe Nutriset : raphaelleheron@gmail.com

Pierre Janin, directeur de l’UMR Développement et sociétés, coordinateur du projet SAOATI : pierre.janin@ird.fr

Alexis Roy, chercheur associé à l’UMR Développement et sociétés, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne: alexis.roy@univ-paris1.fr

Sadio Soukouna, chercheuse associée à l’IMAF, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne: sadio.soukouna@univ-paris1.fr

Suivre le lien de la plaquette du colloque: Plaquette-Colloque-Securisation-alimentaire-entre-savoirs-et-actions.pdf

Bibliographie indicative :

Agarwal Bina, 2014. « Food sovereignty, food security and democratic choice: critical contradictions, difficult conciliations”, The Journal of Peasant Studies, vol. 41, n° 6, p. 1247-1268.

Dury Sandrine et Janin Pierre (coord.), 2012. La sécurisation alimentaire en Afrique : enjeux, controverses et modalités. Paris, John Libbey Eurotext, Cahiers Agricultures, vol. 21, n° 5, p. 281-384.

Héron Raphaëlle et Janin Pierre, 2015. « Sécurisation versus satisfaction alimentaire : le dilemme du consommateur burkinabè (ou de celui qui le prend pour objet) », Séminaire de l’UMR MOISA, Dury Sandrine et Bricas Nicolas (coord.), Montpellier, 26 février 2015.

Hubert Bernard, 2006. « Introduction. Sécuriser l’alimentation de la planète », p. 11-22, in : Hubert Bernard, Clément Olivier (éds.), 2006. Le monde peut-il nourrit tout le monde ? Sécuriser l’alimentation de la planète. IRD-Editions Quae, p. 17-18.

Hubert Bernard et Casabianca F., 2003. « Entre mondialisation et dynamiques localisées, quelle sécurisation pour des systèmes alimentaires durables ? », in : Productions agricoles et développement durable, Inra Mensuel, n° 116, p. 10-13.

Janin Pierre, 2016. L’insécurité alimentaire : entre géographie du risque et géo-politique du développement, in: Une géographie de l’insécurité alimentaire. Spatialités et temporalités du risque et de la décision, Habilitation à diriger des recherches, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, vol. 2, 369 p.

McCullum Christine, Pelletier David, Barr Donald, Wilkins Jennifer and Habicht Jean-Pierre, 2004. « Mechanisms of Power Within a Community-Based Food Security Planning Process”, Health Education & Behavior, vol. 31, n° 2, p. 206-222.

Nussio Enzo and Pernet Corinne A., 2013. “The Securitization of Food Security in Colombia, 1970–2010”, Journal of Latin American Studies, 45, p. 641-668.

Patel Raj, Bezner Kerr Rachel, Shumba Lizzie & Dakishoni Laifolo, 2015. « Cook, eat, man, woman: understanding the New Alliance for Food Security and Nutrition, nutritionism and its alternatives from Malawi, The Journal of Peasant Studies, vol. 42, n° 1, p. 21-44.

Touzard Jean-Marc et Temple Ludovic, 2012. « Sécurisation alimentaire et innovations dans l’agriculture et l’agroalimentaire: vers un nouvel agenda de recherche ? », in : Dury Sandrine et Janin Pierre (coord.), 2012. op. cit.

Truman P. Phillips; Daphne S. Taylor, 1990. “Optimal control of food insecurity: a conceptual framework” American Journal of Agricultural Economics, vol. 72, n° 5, p. 1304-1310.

Von Braun Joachim, 2013. “International cooperation for agricultural development and food and nutrition security. New institutional arrangements for related public goods”, United Nations University (UNU)-World Institute for Development Economics Research (WIDER), WIDER Working Paper, n° 61, 25 p.

 

Appel à contributions

en cours de lancement

Appel à contributions conjoint Afrique contemporaine

et Revue internationale des études du développement

Approvisionnement alimentaire :

entre ressources et pouvoirs

(coord. Pierre Janin, IRD, UMR Développement et sociétés)

Cet appel à contributions conjoint – entre la revue Afrique contemporaine et la Revue internationale des études du développement (anciennement Revue Tiers Monde) – s’inscrit dans la démarche collaborative croissante liant l’Agence française de développement et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne dans le domaine de la recherche et de la formation.

Elle intervient à un moment particulier dans la vie de l’Agence et du site du Jardin d’agronomie tropicale de Paris (JATP), où cohabitent des acteurs de solidarité internationale, académiques, associatifs et privés.

Elle correspond à une volonté partagée de mieux lier : recherche finalisée pour le développement, évaluation critique des politiques et des interventions et renforcement des capacités d’analyse des jeunes professionnels.

 

Appel à contributions clos

Table-ronde

La sécurisation alimentaire :

dynamiques et pratiques

9-10 mars 2016, ISSP- Université de Ouagadougou

Cette table-ronde s’inscrit dans le prolongement de l’atelier préparatoire qui se tiendra à l’IEDES/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le 8 décembre 2015.

Elle participe d’une volonté de dépasser les frontières entre recherche finalisée, recherche-action, intervention humanitaire et projet de développement.

Elle est donc à la fois un espace d’échanges (en termes d’expériences professionnelles) et de réflexion sur les enjeux et les controverses autour de la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

Contexte :

La lutte contre l’insécurité comme champ « technique » et « politique »

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle est un phénomène structurel, inscrit dans la trajectoire de nombreux pays sahélo-soudaniens : les situations à risque s’y renforcent, les épisodes de crises s’y succèdent, les populations vulnérables y restent nombreuses, tandis que les réponses sont le plus souvent ciblées, sectorisées et ponctuelles.

L’insécurité alimentaire s’enracine dans des dynamiques héritées renforcées par des événements ponctuels déstabilisants. Elle dépend aussi des arbitrages et des décisions prises pour anticiper ou atténuer les risques de crise, pour mobiliser des ressources, définir et mettre en œuvre des politiques publiques et pour gouverner les hommes, à différentes échelles.

Généralement traitée comme un problème « technique », via notamment la promotion d’innovations, l’insécurité alimentaire est, plus encore, un enjeu « politique ».

Les interventions menées, en milieu rural comme en ville, s’efforcent d’intégrer le caractère multi-dimensionnel et multi-factoriel de l’insécurité, mais les stratégies nationales réactualisées peinent encore à mettre en œuvre des politiques intersectorielles. Les projets mis en place peuvent ainsi se superposer ou se succéder sans parvenir à capitaliser les enseignements de terrain ni à permettre un renforcement effectif des capacités locales.

En parallèle, les retours d’expérience des professionnels de l’aide et de l’intervention humanitaire de terrain, incitent à rediscuter les frontières entre urgence et développement, entre aide ponctuelle curative et dispositifs d’action favorables à la prévention et la sécurisation durable.

Ce constat, partagé par de nombreux acteurs, explique en partie le renouvellement des termes clés véhiculés dans le champ :

  • la vulnérabilité à l’insécurité cède peu à peu la place à la résilience,
  • les mesures quantifiées du phénomène couvrent nombre de ses dimensions et sont enrichies par des éléments qualitatifs et subjectifs,
  • la lutte comme stratégie finalisée d’action est questionnée par la gouvernance multi-échelles et multi-acteurs, favorable à la participation, la coordination et la concertation.

Argumentaire :

La sécurisation comme pratique critique

Si l’insécurité alimentaire aborde le champ du point de vue du manque et de l’insatisfaction normés, la sécurisation privilégie, pour sa part, davantage l’analyse critique et dynamique des processus et des pratiques mis en contexte.

L’approche mise en œuvre dans le cadre de cette table-ronde souhaite donc mettre l’accent sur les interactions entre acteurs et les réagencements dans la dynamique concrète des projets mis en place au nom de la lutte contre l’insécurité alimentaire.

Elle s’intéresse aussi à faire reconnaitre l’importance des décalages entre effets d’annonce, injonctions et prescriptions et les réalités établies (effet réel ou imprévu, impact mesuré ou ressenti, perspectives immédiates ou opportunités futures).

L’objectif central est donc de dépasser le cadre strict de l’expertise normée pour envisager, de manière plus critique et réflexive, un retour sur les pratiques professionnelles des chercheurs et des développeurs comme sur les outils et les concepts mobilisés.

Objectifs :

Croiser les regards, lever les idées reçues

Rapprocher communauté scientifique, décideurs et professionnels du développement et de l’humanitaire.

Mettre en lumière les dimensions sociopolitiques des interventions dans le champ de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Encourager les jeunes praticiens et les jeunes chercheurs à prendre en compte la complexité des enjeux et des réalités de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Axes de la table-ronde

Une introduction préalable sera consacrée à la sécurisation comme pratique empirique, comme projet ou comme approche.

  • La sécurisation « en projet » : instruments, expérimentations et capitalisations

Il s’agira de repartir de la dynamique d’élaboration propre des projets et des programmes : pourquoi et comment naissent-ils ? Comment prennent-ils en compte ceux qui les ont précédés ? Comment leur contenu est-il défini ? Comment les contraintes de projet (financement, termes de référence, délais, etc.) jouent sur leur contenu ?

Cette dynamique d’élaboration des projets et des programmes sera, en parallèle, confrontée à un examen attentif des objectifs des actions du projet, de leur mise en œuvre, de leur portée, de leurs limites et de leur pertinence.

La question des innovations techniques pourra donc y trouver une place privilégiée.

On pourra aborder, ensuite, les enjeux du ciblage, du suivi, de l’évaluation et de la capitalisation comme instruments revendiqués de pilotage.

Les projets peuvent être envisagés à différentes échelles, du local (micro-projet villageois en co-construction imparfaite) comme au national (cadre stratégique en négociation consensuelle).

  • La sécurisation « en interaction » : agencements et arrangements entre acteurs

Ce second thème traite des relations entre acteurs impliqués dans la vie des projets ainsi que de leurs relations avec ceux qui n’y participent pas.

Dotés de capacités d’action inégales, confrontés à des contraintes multiples, ils doivent souvent faire preuve d’adaptation et de réactivité dans un environnement incertain et changeant.

Ces relations peuvent être abordées du point de vue des normes et des valeurs, des logiques et des représentations, comme des jeux de pouvoir. Ceci implique donc de ne pas négliger les incompréhensions comme les confrontations, les réorientations et les blocages, les réussites comme les échecs. Comment les acteurs impliqués les expliquent et les justifient-ils ?

Ce thème étudie d’abord les relations existantes entre les différents protagonistes des projets (bailleurs/donateurs, promoteurs/réalisateurs, attributaires/bénéficiaires), considérés à la fois comme des acteurs et des sujets. Mais les « vis-à-vis » avec les acteurs extérieurs aux projets ne doivent pas être négligés également.

Une attention particulière aux innovations organisationnelles pourrait se révéler judicieuse.

  • La sécurisation « en question » : approfondissements et renouvellements

Ce thème propose une analyse critique des trajectoires des projets et des programmes.

Y sera débattue la question du renouvellement (ou de la continuité), de l’originalité (ou de la banalité) des discours, des logiques, des pratiques et des politiques.

Elle pourra être étudiée du point de vue de l’histoire d’un projet donné (phases successives de réajustement), ou bien envisagée d’un point de vue comparatif, avec les autres projets qui peuvent coexister sur le territoire (activités similaires) comme avec les acteurs (porteurs de projets, populations, etc.) ceux qui ne sont pas impliqués dans le projet donné.

On mettra donc les projets en perspective, dans le temps et les uns par rapport aux autres, en s’intéressant aux complémentarités entre le « dedans » et le « dehors », l’« ici » et l’« ailleurs ».

Ce questionnement critique pourra également se saisir de ce qui est présenté comme un transfert ou une trajectoire exemplaire d’innovation.

Modalités

Organisation et déroulement

La Table-ronde se tiendra le 10 et le 11 mars à l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) au sein de l’Université de Ouagadougou.

Valorisation scientifique

Les comités constitués seront chargés de la sélection des propositions de communication. Ils travailleront, ensuite, à la préparation de l’ouvrage ou du dossier de revue scientifique sur la base des communications écrites retenues tout en recherchant, si besoin, d’autres contributions.

Contacts

Les propositions de communication, d’une longueur maximale de 500 mots doivent être envoyées avant le jeudi 31 décembre 2015 à securialim@univ-paris1.fr.

Date de la décision du comité scientifique : vendredi 15 janvier 2016

Date limite d’inscription et d’envoi des communications retenues : jeudi 25 février 2016 à securialim@univ-paris1.fr.

Partenaires

UMR Développement et Sociétés (DEVSOC), IRD-Université Paris 1

UMR Marchés, organisations, institutions et stratégies d’acteurs (MOISA), Cirad-Inra-Montpellier SupAgro-CIHEAM-IAMM

Laboratoire d’Etude et de recherche sur les milieux et les territoires (LERMIT), Université de Ouagadougou. geo.lermit@gmail.com

Ecole doctorale Lettres, Sciences humaines et communication (LESHCO), Université de Ouagadougou

Comité d’organisation 

  • Arlène Alpha, économiste, UMR MOISA ? CIRAD, alpha@cirad.fr
  • Pierre Janin, géographe, UMR Développement et Sociétés, coordinateur du projet « Sécurisation alimentaire : objets, acteurs et trajectoires d’innovation », janin@ird.fr
  • François de Charles Ouedraogo, géographe, LERMIT, Université de Ouagadougou, resabo2000@yahoo.fr, fcouedraogo@univ-ouaga2.bf
  • Alexis Roy, anthropologue, post-doctorant à l’Université Paris 1, UMR Développement et Sociétés, projet « Sécurisation alimentaire : objets, acteurs et trajectoires d’innovation », roy@univ-paris1.fr.

Comité scientifique 

Arlène Alpha, UMR MOISA, Cirad, économiste.

Richard Banégas, Science Po (Paris), politiste.

Vincent Bonnecase, UMR LAM (Bordeaux), historien.

Jacky Bouju, UMR IMAF (France), anthropologue.

Nicolas Bricas, UMR MOISA, Cirad (France), économiste.

Tarik Dahou, UMR PALOC, IRD (France), anthropologue.

Isabelle Droy, UMR Résiliences, IRD (France), économiste.

Johny Egg, UMR MOISA, Cirad (France), économiste.

Bernard Hubert, Inra, Centre Norbert Elias EHESS, sociologue, écologue.

Pierre Janin, UMR D&S, IRD (France), géographe.

Manda Sadio Keita, FAO (Mali), socio-économiste.

Ludovic Kibora, INSS (Burkina Faso), anthropologue.

Mariatou Koné, Université Houphouët-Boigny (RCI), anthropologue.

Jean Pierre Olivier de Sardan, LASDEL (Niger), socio-anthropologue.

François de Charles Ouedraogo, Université de Ouagadougou II (Burkina Faso), géographe.

Alexis Roy, UMR D&S, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, anthropologue.

Charles-Édouard de Suremain, UMR 208 PALOC, CIESAS DF (Mexico) – IRD (France), anthropologue.

Bernard Tallet, UMR PRODIG, Université Paris 1, géographe.

Jean Marc Touzard, Inra (France), économiste.

Boubacar Yamba, Université de Niamey (Niger), géographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Objets, acteurs et trajectoires d'innovation