« Sécurisation » et « innovation »: quel lien ?

Le champ de la sécurité alimentaire et nutritionnelle est marqué par de multiples expérimentations en matière de diffusion et d’apprentissage. Certaines peuvent être considérées comme des innovations tandis que d’autres se situent plus dans la continuité des actions entreprises.

D’une manière générale, ces processus sont rarement linéaires et prévisibles. Leur greffe dépend, pour une part importante, des rapports (de force, de négociation ou de collaboration) qui lient les protagonistes sur une histoire de longue durée.

En matière de recherche immédiate, le projet a fait le choix d’étudier « les systèmes sociaux d’innovation », c’est-à-dire comment interagissent, de manière dialectique, systèmes sociaux, et structures de pouvoir face à certaines innovations techniques ou organisationnelles.

De manière plus précise, il s’agira de voir comment ces dernières sont formulées, diffusées et réappropriées, légitimées ou pas, à différentes échelles de décision, de temps et d’espace, modifiant les configurations locales en termes de ressources comme de pouvoirs, ce qui, en retour influence aussi les trajectoires contextuelles des innovations.

Loin de s’inscrire dans une analyse économique des innovations alimentaires, les trajectoires d’innovation mettent en synergie des objets (produits et supports), des instruments (procédures et outils) et des acteurs (pratiques, logiques et représentations).

Cette analyse privilégiera, de ce fait, une approche en termes d’économie politique fortement centrée sur les jeux d’acteurs intermédiaires et locaux. Ainsi la sécurisation alimentaire apparaît bien comme un champ non dévolu aux experts et une opportunité féconde pour les sociétés concernées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *