Qu’est-ce que la «sécurisation» ?

La notion de sécurisation est récente dans le champ de la recherche pour le développement. Pendant longtemps, chercheurs et décideurs ont mis l’accent sur « vulnérabilité à l’insécurité » (années 1990) avant de céder au prisme de la « résilience » (depuis 2005).

En revanche, le principe de « sécurisation », considéré comme une finalité, organise de plus en plus les analyses géopolitiques et sécuritaires dans des contextes d’instabilité forte.

Alors que la sécurité alimentaire accorde une grande place aux stratégies de gestion du risque et de la vulnérabilité, la sécurisation s’intéresse ici aux « processus non intentionnels » concourant à améliorer les conditions (et les étapes) des situations alimentaires.
Elle s’efforce de prendre en compte les « interactions aléatoires » entre phénomènes et acteurs – qu’elles soient négatives ou pas – sur un temps plus long.

La « sécurisation » paraît plus particulièrement opératoire pour étudier ce que font les acteurs en dehors des périodes de crise.
La finalité de la sécurisation est de permettre aux acteurs impliqués d’agir, de manière plus autonome, pour orienter/réorienter les actions à mener, comme à faire évoluer le cadre global les organisant.

La « sécurisation » est donc à la fois un cadre d’action (ex : mise en œuvre d’actions territorialisées sensibles aux besoins exprimés et aux enjeux locaux), un cadre d’organisation de l’action (ex : co-construction et co-gestion progressives des actions) et – pour les chercheurs – un cadre de réflexion sur l’action (ex : étude critique des projets de développement comme scène et comme arène).

Son étude se situe au carrefour de trois champs en interaction : technique, sociétal et politique impliquant une diversité d’acteurs individuels et collectifs.


Une réflexion sur « Qu’est-ce que la «sécurisation» ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *