Rapports de genre et sécurisation alimentaire

Cette recherche menée par Imane El Rhomri s’intéresse à la place et à l’impact des rapports de genre, en interaction avec d’autres catégories de stratification sociale (origine ethnique, âge, place dans le lignage, rang d’épouse, statut matrimonial, etc.) dans la construction sociale de la sécurité alimentaire à l’échelle familiale en milieu rural burkinabè, caractérisé par des incertitudes et des contraintes fortes mais non dénué d’opportunités.

Imane aborde cette question selon une perspective féministe décoloniale et « située » des savoirs. Pour rendre compte des capacités individuelles et collectives de sécurisation alimentaire, elle a fait le choix d’une approche mixte (quantitative et qualitative). Celle-ci prendra en compte un ensemble de marqueurs (handicaps, tensions, arrangements, opportunités,…) qui débordent largement chaque situation conjoncturelle et permettent de mieux appréhender les trajectoires propres. La diversité des liens (de coopération, d’obligation, de dépendance…) qui enserrent chaque individu seront également fortement questionnés, du point de vue de la sécurisation, même si leur influence est parfois difficile à mesurer.

Une première mission de recherche a eu lieu à la fin du mois de février dans trois villages (Badori, dans le département de Bogandé, Kodjena et Sorgou dans le département de Piéla) de la Gnagna. Cette phase préparatoire a permis de tester plusieurs variables d’analyse et la méthodologie d’enquête. Pour plus d’informations concernant cette recherche, suivez le lien suivant:

https://securialim.hypotheses.org/rapports-de-genre-et-securisation-alimentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *